Last update: 28-11-2020 21:01
4'32"

Projets contre Produits

Le texte qui suit est temporaire

To be continued

Les Transformations Digitales ne changent rien à la théorie des cycles des produits / services. Il y a toujours 4 phases : Introduction / Lancement, Croissance, Maturité et Déclin. Ce qui change par contre, c'est la nature des produits dans leur dimension de mix marketing. Cycle en cloche ============ Un proserv a une vie limitée (mais les efforts du marketing, dans la phase de maturité du produit, sont un peu comme les efforts en médecine : on cherche à prodiguer des soins pour améliorer et prolonger la vie). ICI SCHEMA CLASSIQUE Le cycle de vente est lié aux phases de la vie du produit; les stratégies de vente évoluent avec les phases, elles en épousent les spécificités. Elles sont aussi très en rapport avec le contexte général de concurrence. Très en rapport avec le cycle de vente, et comme lui d'ailleurs, d'autres cycles slaloment conjointement au cycle de vie : les besoins de financement, la production, les ressources humaines, les dépenses en publicité et promotions, etc. Les phases du cycle de vie ===================== ICI, LES EXPLICATIONS DES 4 PHASES Cependant, les produits ne suivent pas toujours cette belle courbe en cloche. Kotler nous apprend qu'il existe au moins 3 variantes : les courbes "Grow-Slump-Maturity", les "Cycle-Recycle" et les "Scalloped". ICI LED EXPLICATIONS DE CES PATTERNS Les produits et services issus des Transformations Digitales oscillent entre le modèle "Cycle-Recycle" et le modèle "Scalloped". Le modèle "Cycle-Recycle" s'observe essentiellement avec les produits et services digitaux — nous concentrant sur les Transformations Digitales — qui représentent des investissements pour celles et ceux qui en font l'acquisition. C'est au moment où de nouveaux investissements doivent être consentis qu'on observe une reprise des ventes. Le modèle "Scalloped" est typique des produits qui arrivent à élargir leur usage et utilisations à chaque rollout. Les différents rebonds sont autant de poussées provoquées par des mises en production successives. Les deux modèles, "Cycle-Recycle" et "Scalloped" peuvent même s'observer en alternance pour le même produit/service. Une manière d'échapper aux différents types de cycle, et assez tendance depuis 2012 - 2013, est la vente sur abonnement ou location. C'est une tendance que vous observez chez toute une série d'acteurs : désormais, on ne vous vend (presque) plus Office mais on vous le loue sous forme d'un abonnement annuel ; pareil pour Photoshop d'Adobe; pour ... Dès que vous entrez dans ce modèle vous changez toute la dynamique des rentrées financières qui se lissent automatiquement mais également de tout le circuit de distribution et de la manière qu'il y a de le rétribuer. Vous en arrivez aussi à inclure dans le produit lui-même une série de contrôles qui en rendent l'utilisation impossible si l'abonnement n'a pas été renouvelé, précédé par moultes mises en garde. Le produit lui-même s'en trouve modifié. L'accélération des cycles =================== J'ai insisté avec beaucoup de poids sur l'accélération des cycles. On retrouve cette influence dans tous les domaines, sans exception, ce qui m'a poussé d'ailleurs à en faire un axe particulier des Transformations Digitales. La nécessité d'accélérer considérablement les processus d'innovation se trouve fondée sur l'argument que les cycles de vie des produits et services se raccourcissent, une façon de dire qu'ils accélèrent. Le raccourcissement des cycles de vie des proserv donne le tournis aux processus d'innovation. Dans cette course de vitesse, le Transformation Manager doit prendre position : être à temps est plus important qu'être dans les limites du budget. Cela choquera plus d'un Chief Financial Officer quand bien même est-ce confirmé par des études : le profit généré en 5 ans par des produits construits dans les budgets mais qui ne respectent pas les délais est 33% inférieur tandis que ceux qui sont construits dans les échéances fixées mais avec un surcoût de 50% ne voient leurs profits amputés que de 4%. Par ailleurs, ces entreprises bénéficient d'un avantage compétitif de long terme. ICI COLLINS QUI DIT QUE LE PREMIER EST RAREMENT LE GAGNANT. (https://www.researchgate.net/publication/247837181_Is_the_First_to_Market_the_First_to_Fail_Empirical_Evidence_for_Industrial_Goods_Businesses) CONTINUER. Notes diverses 1) Construction influencée par la nécessité de mises à jour automatiques 2) Construction influencée (rapidement) par la nécessité d'interagir avec l'écosystème (si d'autres apps changent il faut peut-être aussi changer) 3) Construction influencée par l'insertion de métriques applicatives capables de cracher l'information qu'avant on récoltait par études marketing. Inclusion du quasi temps réel 4) Construction influencée par l'intégration de boucles de feedback rapide 5) Construction influencée par données géographiques (géocoordonnées) 6) Construction influencée par appli gratuite ou appli payante 7) Construction influencée par les échanges dynamiques de données d'utilisation (le fonctionnement s'adapte aux données échangées - par exemple l'insertion de publicitéd et annonces sur site web, ...)